ABOUT 2022-01-13T21:54:04+00:00
jennie gallaine kiasma
Solo exhibition – Kiasma – Castelnau-le-lez, France

Born in Paris, France. Lives and works in Maryland, USA.
Graduated (Master of Arts) from the national art school « ENSAAMA – Olivier de Serres », in Paris, France.

Née à Paris. Vit et travaille aux USA (Maryland).
Diplômée (Diplôme Supérieur d’Arts Appliqués) de L’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art, « Olivier de Serres », à Paris.

Exhibitions / Expositions
About / A propos
Bibliography / Bibliographie

Exhibition Record / Expositions :

 

Selected solo exhibitions

Kiasma – Castelnau-le-lez, France (April 4-29, 2019)

La Galerue – Lyon, France (January 7 – February 2, 2019)

Selected group exhibitions

ADC Fine Art Gallery – Cincinnati OH, USA (October 23 – December 23, 2021)

Gallery 115 – Frederick MD, USA (June 18 – September 5, 2021)

Mac Paris – Paris, France (June 11-21, 2019)

Art Nordic – Copenhagen, Denmark (April 5-7, 2019)

Biennale Elan d’art – Montpellier, France (November 2-4, 2018)

Puls’Art – Le Mans, France (May 9-13, 2018)

Lyon Art Prospect International – Lyon, France (April 18-22, 2018)

Salon de Croissy-sur-Seine – France (March 11-26, 2017)

Mac Paris – Paris, France (November 24-27, 2016)

Biennale Elan d’art – Montpellier, France (November 11-13, 2016)

 

Awards

ADC Fine Art Gallery – Cincinnati OH, USA – November 2021
• 2 Purchase Awards
• 1 Blink Award (One Page Spread in Blink Art Resource Catalog – Edition 2022)

 

About Jennie Gallaine / A propos de Jennie Gallaine :

 

Louis Doucet,  MACparis – Contemporary Art Exhibition Curator:

‘(…) For Jennie Gallaine, each of her works is a self-portrait, not realistic, but a transcended figuration of her nightmares, her fears, her joys and her memories. There are fragments of bodies cut up, bound, deformed, tormented, but treated in a cheerful and fresh color palette that rejects any idea of ​​tragedy. We are here far from the free and mechanical gesture of a certain lyrical abstraction, now outdated, but which persists in certain painters lacking inspiration. With Jennie Gallaine, it is rather the result of the encounter, more than unlikely, of the tragic expressionism of a Hans Bellmer and the chromatic and gestural freedom of a Jean Michel Alberola.

The artist affirms a desire (…) for an unstable balance between the materiality of the body and the freedom of feelings. The nervousness of a line, an unexpected drip, the overflow of a gesture can, at any moment, change everything into an unexpected universe, which is, after all, only the revelation of one of the multiple Facets of the « I  » of the artist. ‘

Louis Doucet, Vice-Président MACparis/MAC2000 :

« (…) Pour Jennie Gallaine, chacune de ses productions est un autoportrait, non pas réaliste, mais une figuration transcendée de ses cauchemars, de ses peurs, de ses joies et de ses souvenirs. On y retrouve des fragments de corps découpés, ficelés, déformés, tourmentés, mais traités dans une palette de couleurs joyeuses et fraîches qui récuse toute idée de tragédie. Nous sommes donc ici très loin de la gestualité gratuite et mécanique d’une certaine abstraction lyrique désormais passée de mode, mais qui persiste chez certains peintres en mal d’inspiration. Chez Jennie Gallaine, il s’agit plutôt du résultat de la rencontre, plus qu’improbable, de l’expressionisme tragique d’un Hans Bellmer et de la liberté chromatique et gestuelle d’un Jean-Michel Alberola.

L’artiste revendique la volonté (…) d’un équilibre instable entre matérialité du corps et liberté des sentiments. La nervosité d’un trait, une coulure inattendue, le débordement d’un geste peuvent, à tout moment, faire basculer l’ensemble dans un univers inattendu, mais qui n’est, après tout, que la révélation d’une des multiples facettes du je de l’artiste. »

Pierre Souchaud, art critic and founder of Artension magazine:

Jennie Gallaine is part of this very current family of young artists for whom the painted representation is a wrenching, a convulsion, a speleological risk-taking in the very entrails of matter, image, gesture and self.
There is in this young artist a desire to return to emotion and matter with a constant search for dynamic instability and this perpetual endangerment inherent in creative inventiveness.

Pierre Souchaud, critique d’art et fondateur du magazine Artension :

« Jennie Gallaine s’inscrit dans cette famille très actuelle de jeunes artistes pour qui la représentation peinte est un arrachement, une convulsion, une prise de risque
d’ordre spéléologique dans les entrailles mêmes du matériau, de l’image, du geste et de soi-même.
Il y a chez cette jeune artiste une volonté de retour à l’émotion et à la matière avec une recherche constante de l’instabilité dynamique et de cette mise en danger perpétuelle qui est inhérente à l’inventivité créative. »

Lucien Ruimy, founder and curator of Puls’Art:

‘ Jennie Gallaine: It’s all in the strength of the gesture.
She strongly attacks the canvas, the gestures seem to have their own mastery and to be carried by the only emotion. The dynamism of lines and colors gives a false impression of instability, of loss of control, but that only expresses Jennie Gallaine’s creativity and risk-taking. This is reinforced by the choice of colors red, emerald green, black… The white tries, without succeeding, to structure the whole. That of the canvas is only there to still have enough space to breathe. Parts of the body appear distorted, emerging from the tumult of feelings and desires seeking explosive expression. In this whirlwind, the gaze is in constant search of balance, but you have to give up and let yourself be carried away by the movement and all the sensuality that Jennie Gallaine expresses. Just the rawest emotion possible to try to get to the truth.

Lucien Ruimy, Fondateur et commissaire d’exposition de Puls’Art :

« Jennie Gallaine : Tout est dans la force du geste.
Elle attaque avec force la toile, les gestes semblent avoir leur propre contrôle et être portés par la seule émotivité. La dynamique des traits et des couleurs donne une fausse impression d’instabilité, de perte de contrôle, mais elle ne fait qu’exprimer la créativité et la prise de risque de Jennie Gallaine.
Cela est renforcé par le choix des couleurs rouge, vert émeraude, noir… Le blanc tente, sans chercher à y réussir, de structurer l’ensemble. Celui de la toile n’est là que pour avoir encore suffisamment d’espace pour respirer.
Des bouts de corps apparaissent déformés, sortis de la tourmente des sentiments et des désirs qui cherchent à s’exprimer de manière explosive.
Dans ce tourbillon, le regard est en recherche permanente d’équilibre, mais il faut y renoncer et se laisser porter par le mouvement et toute la sensualité qu’exprime Jennie Gallaine. Juste l’émotion la plus brute possible pour tenter d’aller au plus vrai.  »

Bibliography / Bibliographie :

 

« Midi Libre »
Daily Newspaper,
..
April 12, 2019.

jennie gallaine
« Vivre l’art Magazine #5 »,
Author: Lucien Ruimy,
Founder and curator of Puls’Art,
June 2018.

« Lyon Art Prospect International #1 »,
Author: Pierre Souchaud,
Founder of Artension magazine,
April 2018.

jennie gallaine